Mardi 16 décembre 2014, 14h - Le MEMEASFP récompense le 2e et 3e lauréat au concours du prix d`excellence 2014
 
Moussa DOSSO, Ministre d'Etat, Ministre de l'Emploi,des Affaires Sociales et de la Formation Professionnelle
Moussa DOSSO
 Curriculum vitae
 Biographie
 Mot du Ministre
 Agenda
 Ecrire au Ministre
 
  AGEPE
  CAMPC
  CPNTIC
  EIBMA
  CIDFOR
  AGEFOP
  IPNETP
  FDFP
 
  Cellule GENRE
  PVRH II
  SERCOM
  SERCEP
  CCAFP
  IG/ETFP
 Directions Centrales
 Directions Régionales
 Directions Départementales
 
Image Rubrique

A compter du lundi 29 décembre 2014, sauf modification de dernière minute, les populations vivant en Côte d’Ivoire seront appelées à se rendre dans des sites qui seront établis dans les locaux de la Cnps, de la Cgrae, de la Mugef-ci, des Soldes et des filières agricoles en vue de leur enrôlement pour l’obtention de la carte d’assuré Cmu (Couverture maladie universelle).
Hier lundi 15 décembre, s’est en effet déroulé à Yamoussoukro, un séminaire à l’attention des gouverneurs de districts, des préfets de région, des directeurs régionaux des affaires sociales avec les agents techniques de la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam) et de la société nationale d’édition des documents administratifs et informatiques(Snedai). 
Le ministre d’Etat, ministre de l’emploi, des affaires sociales et de la formation professionnelle, Moussa Dosso qui a ouvert les travaux, a indiqué que depuis la promulgation de la loi de mars 2014 instituant la Cmu et l’adoption du décret de juin 2014 portant création de l’institution de prévoyance sociale dénommée caisse nationale d’assurance maladie, le projet de mutualisation de la gestion du risque maladie, (la Cmu), est en train de prendre forme à grands pas. « Le séminaire de ce jour devrait concourir à consolider le passage du discours vers l’action», a-t-il dit avant de souligner l’importance de ces travaux de Yamoussoukro. « Si nous manquons l’enrôlement, il ne peut y avoir de couverture maladie universelle. Nous n’aurons aucun mérite à engager des deniers publics dans un système à pure perte, dans un système peu performant où le défaut de traçabilité et de rationalisation des flux ouvrira la voix aux déséquilibres financiers et aux défiances fonctionnelles », a-t-il ajouté.

Image Rubrique

Abidjan - Le Bureau international du travail (BIT) a salué les efforts entrepris par le gouvernement pour lutter contre le travail des enfants en Côte d’Ivoire, à l’ouverture de l’atelier-bilan du plan d’action national 2012-2014 de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail, mercredi, à l’espace Events Latrille, à Cocody Angré.


"Le BIT salue les multiples actions entreprises par le gouvernement du Président Alassane Ouattara et vous-mêmes pour faire face à cette situation", a déclaré le représentant du BIT, Benjamin Latlo, relevant la situation préoccupante de l’Afrique subsaharienne avec un taux de 21% d’enfants travailleurs.

Pour M. Latlo, ces efforts de la Côte d’Ivoire ne pourront aboutir à l’éradication du phénomène qu’en prenant en compte d’autres secteurs d’activités, notamment l’artisanat et les mines, en plus de l’agriculture, secteur-cible.

Car, a-t-il dit, malgré la volonté des décideurs, une enquête nationale diligentée en 2013 révèle que près de deux millions d’enfants de 5 à 17 ans sont économiquement occupés et plus de 1,5 million impliqués dans le travail dangereux.

La présidente du Comité national de surveillance (CNS) des actions de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants, Mme Dominique Ouattara, a ouvert l’atelier-bilan en présence de plusieurs partenaires dont l’UNICEF, le Conseil du café-cacao et les industriels du chocolat.

(AIP)
ik/kkp/kam

Image Rubrique

Le Secrétaire exécutif du Comité national de surveillance (CNS) de l’exploitation des enfants a invité jeudi, à Yamoussoukro, les organisations non gouvernementales (ONG) et entreprises de l’industrie du cacao et du chocolat à contribuer à la mise en œuvre du système d’observation et de suivi des enfants en Côte d’Ivoire (SOSTECI), "outil essentiel de coordination" en y intégrant leurs initiatives sectorielles, pour le rendre efficace. C’était au cours d’un atelier placé sous l’égide de la Première Dame, Dominique Ouattara qui est la Présidente du Comité National de surveillance des Actions de Lutte contre la Traite l’Exploitation et le Travail des Enfants (CNS).

Image Rubrique

Le ministre d’État, ministre de l’Emploi, des Affaires sociales et de la Formation professionnelle, a pris part, le 27 novembre, à un atelier sur l’emploi.

 

Jeudi dernier, le ministre d’Etat, ministre de l’Emploi, des Affaires sociales et de la Formation professionnelle, Moussa Dosso, a appelé les jeunes de Côte d’Ivoire à s’inscrire massivement dans les structures d’insertion professionnelle comme l’Agepe, l’Agefop, La plateforme de services, auxquelles s’ajoute un certain nombre de programmes et de projets spécifiques à l’endroit de la jeunesse.

C’était à l’ouverture officielle de l’atelier de planification stratégique du Service civique d’action pour l’emploi et le développement (Scaed) pour la période 2015-2018 qui se tient à Grand-Bassam, les 27-28 et 29 novembre. Notons que la première phase de ce projet pilote coprésidé par la France et la Côte d’Ivoire d’un coût total d’1 milliard 200 millions de Fcfa, concerne 2600 jeunes. Pour le ministre Moussa Dosso, il s’agit, pour le gouvernement ivoirien, non seulement de pallier les aléas de la décennie de crise qui a laissé nombre de jeunes sur le carreau, mais aussi de remettre la Côte d’Ivoire au travail pour en faire une nation forte, prospère et unie. A cela, il faut ajouter les nouveaux défis pour la nation : élargir les sillons de paix, maintenir le cap sur l’unité et la réconciliation nationale. « C’est pourquoi au désarmement, il nous faut adjoindre le réarmement moral et économique des Ivoiriens, afin qu’ils soient dans de meilleures conditions pour assurer la responsabilité qui est la leur, à savoir la reconstruction de la Côte d’Ivoire dans la paix et la concorde», a indiqué Moussa Dosso. Se référant aux mauvaises expériences vécues ailleurs, le ministre craint que « si nous ne nous occupons pas de la jeunesse, elle s’occupe de nous. Et pour empêcher cette fâcheuse situation, il faut traquer les situations à risques. D’où la politique d’emploi des jeunes du gouvernement, en collaboration avec les partenaires au développement ». Pour Coulibaly

Djakaridja, coordonnateur national du projet Scaed, la noble mission dévolue à son organe appelle l’implication de tous les acteurs, à savoir les structures étatiques, le secteur privé et les partenaires techniques et financiers. Pour lui, la réussite du Scaed suppose un nouveau départ et une nouvelle vie pour les jeunes en détresse sociale.

 

In Fraternité matin by GUEU ÉDISON

 

CORRESPONDANT RÉGIONAL

 

Le MEMEASFP récompense le 2e et 3e lauréat au concours du prix d`excellence 2014
 
Atelier d`imprégnation sur la Couverture Maladie Universelle (CMU) Yamoussoukro
 
Mérite et décoration: La nation ivoirienne honore 641 dockers de SEMPA
Plus de Photo

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Autres videos
jeudi 11 décembre 20
Cérémonie d`ouverture de l’atelier bilan du plan d`action national 2012 2014 de lutte contre le travail des enfants
Mardi 28 octobre 201
24eme édition de la journée internationale des personnes âgées
jeudi 02 octobre 201
Emploi Jeunes : Le Ministre DOSSO visite des jeunes entrepreneurs
Plus de Vidéo
 



 Espaces écoles
 Métiers & Filières
  Diplômes Préparés
 Inspecteurs
 Annonces & Communiqués
 Partenaires
 Annuaire MEMEASFP
 
 Concours d'entrée à l'IPNEPT
 Examens Scolaires 2011
 Concours d'entrée dans les établissements
 Orientations 2014
 Bourses d'études
 
 Secteur privé national
Techniques et financiers
 
 Présidence
 Primature
 Gouvernement
 Assemblée nationale
 
 
 
 
© Copyright 2013   Realisation Hebergement
Ministère d'Etat, Ministère de l'Emploi, des Affaires Sociales et de la Formation Professionnelle   CICG SNDI